Dans ma bulle

J'aime travailler chez moi. J'ai commencé à créer mon propre univers de la mode seconde main à partir de pas grand chose. Au fil des rencontres et des découvertes. Qui me ramenaient de plus en plus en profondeur. J'ai constaté par ailleurs le bénéfice de la joie que m'apportent le toucher des matières, des tissus. Palper le vêtement, l'imaginer porté, se demander "avec quoi?"

C'est un long apprentissage. L’œil travaille, il s'entraine. Cela évolue sans cesse. Il y a des réussites, il y a des flops. Continuer est la seule possibilité quand une chose nous tient à cœur. Les remises en questions en font partie.

Hier j'ai passé , comme chaque semaine, la matinée dans une des associations locales où je chine. Je trouve tout ce que vous voyez soit dans les associations locales, soit dans les marchés aux puces et vide-grenier. Je touche chaque pièce. Je la choisis.

Là j'ai envie d'approfondir. De m’enfoncer un peu plus dans du "vrai" vintage. Le mot veut dire "vingt ans d'age". Tout vêtement 20 d'age et plus est un vintage. 

J'ai trouvé des belles pièces hier, belles matières, beau travail. Vous allez les voir très vite. d'ailleurs j'ai hâte. Du coup la question de présentation se pose, comme à chaque fois. Prendre le temps de le faire. Parfois il faut (il le faut?) aller vite. Ou c'est l’impression que j'ai.

Avoir sa propre "patte", reconnaissable, signée. C'est ça le vrai travail. Conjugué avec le plaisir il y a des chances pour que ça marche. Continuer.

Photo Melvin Sokolsky

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés